Gérer son stress aux moments des examens

pas de fatalité devant le stress

LE STRESS DES EXAMENS

Constat

Combien de lycéens, d’étudiants ou même d’adultes ont perdu leurs moyens au moment fatidique (examens ou entretiens) : ce fameux stress qui fait perdre le peu de confiance en soi, qui efface tout ce qu’on a appris, qui nous fait bafouiller, qui nous fait sombrer dans un trou noir où plus rien ne sort, qui nous fait se sentir minable et qui accroit l’incapacité à trouver les ressources nécessaires.

Ce stress qui se transforme en peu de temps en panique.

Certains arrivent à le maîtriser et dans ce cas, le stress aide à mobiliser l’énergie nécessaire pour réussir.

Pourquoi cette différence ???

L’intensité du stress est propre à chaque individu en fonction de notre nature, de notre vécu et de nos expériences.

Pourtant le phénomène est identique pour tous : il intervient à partir du moment où il y a déséquilibre entre notre perception de nos capacités et notre perception de la tâche à accomplir.

Si le décalage entre les deux perceptions est trop important, il y a stress.

Par exemple :

Ce lycéen ou cet étudiant sait qu’il a bien révisé, il connait ses capacités. L’examen qu’il passe est réputé difficile mais il a confiance en ses capacités. Le jour de l’examen, il va vivre un  léger stress qui va l’aider à se mobiliser efficacement.

Un même lycéen ou étudiant, ayant les mêmes capacités, ayant tout autant révisé mais doutant de ses capacités a beaucoup plus de chances de se laisser envahir par un stress qui lui fera perdre tous ses moyens.

Idem pour les entretiens d’embauche : entre deux candidats de capacités équivalentes, c’est celui qui gèrera le mieux son stress qui aura le poste !

Doit-on se résigner à la fatalité ?

Première chose à intégrer : vous n’êtes pas condamner à vivre ce stress inhibant !

Deuxième chose à savoir : beaucoup étaient dans votre cas et ont réussi à évoluer soit par un travail personnel soit en se faisant aider.

En quoi consiste cette aide ?

En coaching, cela consiste à :

  • Repérer les éléments stresseurs et les contraintes de l’environnement
  • Explorer quelles sont les ressources pour y faire face
  • Distinguer ce qui est impact (qui dépend de moi) et ce qui est hors impact (qui ne dépend pas de moi)
  • Travailler sur les schémas de réussite

En quelques séances, je vous garantie une nette amélioration et vous mettrez toutes les chances de votre côté et vous pourrez aller à vos examens ou entretiens plus confiant !

Vous aurez les clés de votre succès !

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Les émotions (2) : de base et secondaires

La joie est une émotion forte

Les émotions de base et secondaires

Nous avons vu dans la première partie les représentations que la société avait des émotions, leur histoire et un premier essai de définition. Allons plus loin…

6 émotions de base

Longtemps décriées, depuis les années 90, les émotions font l’objet de nombreuses études avec la création d’une science qui leur est dédiée : les sciences affectives.

On discerne d’abord six émotions de base : Continuer la lecture de « Les émotions (2) : de base et secondaires »

Les émotions (1) : rôles et représentations

La peur est une des émotions de base

Les émotions… vaste sujet !

A trop vouloir analyser, on tue l’émotion.” disait Victor Hugo.

Faut-il tuer les émotions ? Vivre rationnellement sans être sous l’emprise des émotions, c’est peut être un rêve pour certains, mais est-ce souhaitable ?

Longtemps les philosophes comme Platon ont opposé l’émotion à la rationalité, arguant que sous l’emprise des émotions, on ne pouvait prendre de bonnes décisions…

Continuer la lecture de « Les émotions (1) : rôles et représentations »