Les émotions (3) : qu’en dit la science ?

Les émotions, qu’en dit la science ?

Maintenant que l’on en sait plus sur les émotions, voyons s’il faut opposer raison et émotions. Qu’en dit la science ?

Émotions et santé

Les différentes recherches, notamment avec l’avènement des neurosciences, apportent de nombreux éclairages sur les émotions.

Tout d’abord, il a été prouvé par de nombreuses expériences, que de réprimer ses émotions a obligatoirement un coût sur la santé, notamment lorsqu’on n’exprime pas les émotions dites négatives, tristesse, colère, peur et autres émotions secondaires négatives.

Il est donc important de laisser s’exprimer nos émotions mais attention, pas n’importe comment. Je vous vois déjà vous précipiter vers vos proches en disant : « J’ai lu que je devais exprimer ma colère ! Donc j’y vais, il y a plein de choses que je dois dire… ».

Non, exprimer ne veut pas dire tout déballer ! Là vous risquez de m’en vouloir parce que plus personne ne voudra vous voir ! Exprimer ses émotions c’est une chose, contrôler le comportement lié à ces émotions en est une autre. J’y reviendrai dans un prochain article : émotions et coaching.

Émotions et développement personnel

D’autres expériences ont été menées et ont montré que les émotions augmentent notre attention et la perception de notre environnement selon nos besoins et objectifs.

On ne s’en rend plus compte, mais notre cerveau est sollicité à chaque instant par des milliers d’informations différentes. Or notre cerveau ne peut en traiter qu’au maximum sept en même temps. Les émotions  nous aident à filtrer les évènements pertinents pour nous, pour nos besoins, nos buts, nos valeurs et notre bien-être. Elles déterminent comment nous voyons l’environnement, à quoi nous prêtons attention.

Si vous faites l’expérience, vous verrez que sous le coup d’une émotion votre attention et votre perception seront dépendantes de l’émotion que vous vivez.

Vous vous promenez en forêt par exemple, vous ne regarderez pas votre environnement de la même façon si vous êtes en colère contre ce type qui met sa radio à fond, si vous avez peur ou si vous êtes joyeux parce que vous attendiez cette balade après des heures de boulot…

De même, la mémoire sous le coup d’une émotion est plus intense et dure plus longtemps. Il n’y a pas de meilleur exemple que les madeleines de Proust. Réfléchissez-y, fouillez votre mémoire vous verrez que vos plus anciens souvenirs sont liés à une émotion…

A ce sujet, les recherches ont montré que le sommeil jouait un grand rôle dans la mémorisation des situations émotionnelles, surtout au cours du sommeil paradoxal. Ce sommeil est nécessaire pour consolider les souvenirs chargés émotionnellement mais aussi pour réguler les circuits des émotions permettant aux émotions les plus fortes d’être traitées, canalisées voire évacuées.

Émotion et rationalité sont-elles incompatibles ?

C’est ce qu’on a longtemps pensé. Platon considérait les émotions comme une maladie car altérant la raison.

En fait, il n’en est rien ! Au contraire, les recherches récentes ont montré que les émotions et la raison (le savoir) sont liées voire indissociables.

Il a été montré que des personnes dépourvues d’émotions suite à une maladie ne sont pas capables de prendre des décisions efficaces. Le rôle des émotions dans ce cas est d’aller chercher, sans que nous en ayons conscience, le souvenir d’informations d’expériences semblables, qu’elles aient été positives ou non.

Attention cependant, il a été prouvé également que prendre des décisions sous le coup d’une émotion n’est pas judicieux non plus. Le juste milieu est de prendre du recul par rapport aux émotions mais sans les nier non plus, pour qu’elles puissent aller puiser dans le souvenir d’autres expériences identiques.

C’est bien intéressant tout ça, mais qu’est-ce que le coaching vient faire dans les émotions ? C’est ici.

Pour être averti lors de la parution d’un article, vous pouvez vous inscrire à la newsletter, un mail vous est envoyé à chaque parution : en général un par semaine.

De même, un petit commentaire est toujours très plaisant…

 

 

Enregistrer

2 réponses sur “Les émotions (3) : qu’en dit la science ?”

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *