Les émotions (1) : rôles et représentations

Les émotions… vaste sujet !

A trop vouloir analyser, on tue l’émotion.” disait Victor Hugo.

Faut-il tuer les émotions ? Vivre rationnellement sans être sous l’emprise des émotions, c’est peut être un rêve pour certains, mais est-ce souhaitable ?

Longtemps les philosophes comme Platon ont opposé l’émotion à la rationalité, arguant que sous l’emprise des émotions, on ne pouvait prendre de bonnes décisions…

Quelles sont nos représentations des émotions ?

  • Les émotions sont opposées à la raison, elles sont donc irrationnelles.
  • Elles empêchent la raison de s’exprimer.
  • Elles sont incontrôlables.
  • Ce sont des manifestations spontanées.
  • Elles sont omniprésentes.
  • Parfois agréables, parfois non.
  • Elles agissent sur notre corps en faisant battre notre cœur trop fort ou en nous faisant rougir….

Pas très positif tout ça…

Mais de là à imaginer un monde totalement dénué d’émotions ?

Plus de peur, de tristesse, de colère, de dégoût… mais sans joie non plus… Un peu triste non ? Au fait, ce n’est une émotion ça ?

Donc inimaginable de vivre sans émotions ! Les émotions font partie de notre humanité.

Quels rôles ont-elles joué dans notre histoire ?

C’est une question légitime. A quoi peuvent-elles servir ?

Sans aller chercher très loin, c’est la peur qui a permis à nos ancêtres de rester en vie. Sans conscience du danger, pas de fuite devant un prédateur, pas de prudence.

Les autres émotions ont joué leur rôle pour communiquer. Vous imaginez des relations sociales sans émotions ? Que seraient devenues les premières sociétés humaines sans émotions pour lier les individus ? ou… pour se taper dessus ?

Alors c’est vrai, les émotions peuvent paraître irrationnelles, incontrôlables mais sans elles, les couleurs et les saveurs disparaissent.

Mais c’est quoi une émotion ?

L’étymologie du mot renvoie au latin «Emovere » qui signifie mettre en mouvement, déplacer, remuer, ébranler.

Maintenant si je reprends la définition du Larousse :

« émotion. Trouble subit, agitation passagère causés par un sentiment vif de peur, de surprise, de joie, etc. : Parler avec émotion de quelqu’un. Réaction affective transitoire d’assez grande intensité, habituellement provoquée par une stimulation venue de l’environnement. »

On y parle de « trouble », de « sentiment » et de « réaction affective ». Les émotions sont donc liées à une réaction physiologique engendrée par l’environnement  et/ou par un état d’esprit à un moment donné. La recherche a prouvé que ce processus se traduit dans un premier temps par des réactions localisées dans différentes aires cérébrales puis par des manifestations physiologiques (variation du rythme cardiaque, des larmes, un sourire etc.).

Dans le prochain article, nous verrons la différence entre les émotions de base et les émotions secondaires.

Pour être averti lors de la parution d’un article, vous pouvez vous inscrire à la newsletter, un mail vous est envoyé à chaque parution : en général un par semaine.

De même, un petit commentaire est toujours très plaisant…

 

 

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

0 Partages

2 réponses sur “Les émotions (1) : rôles et représentations”

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *