CHANGER

Oser le changement

Changer est-ce si compliqué ?

Constats

« Le changement, c’est maintenant ! ».

C’était le slogan du candidat élu en 2012. Il ne s’est pas représenté en partie parce que les électeurs n’ont pas vu le changement promis.

De même, nous avons tous soif de changements lors des vœux du premier janvier, mais même constat, les kilos en trop, l’arrêt de la cigarette, la volonté de mettre sa vie en ordre restent lettre morte.

La résistance au changement

Alors, changer est-ce si compliqué ?

Deux natures de changement

Il existe deux niveaux de changement :

  • Les changements dits d’adaptation : dans ce type de changements, on apprend à faire différemment pour s’adapter à une nouvelle situation afin de maintenir un équilibre (homéostasie). Cette adaptation se joue bien souvent au niveau des comportements, même si pour certains c’est plus difficile que pour d’autres.

Ce changement se fait par autocorrections successives.

  • Les changements qui nécessitent une évolution. Dans ce cas, on n’est plus dans quelques autocorrections mais bien dans un changement qui touche nos croyances voire nos valeurs.

C’est pourquoi, il y a tant de résistances et de difficultés.

Cela explique également que vouloir changer ne suffit pas : tout individu recherche inconsciemment de la stabilité dans son système. Ce qui veut dire qu’il va chercher sans en avoir conscience à conforter ses croyances d’où l’incapacité à arriver au changement souhaité.

Les habitudes sont un frein au changement

Coaching et changement

Le coach va favoriser les changements résistants en vérifiant parallèlement que ces changements ne provoquent pas de réactions négatives pour la personne elle-même.

L’action du coach va se manifester dans un premier temps en dressant un état des lieux du présent. Dans un deuxième temps en amenant le client à construire l’état désiré par un recentrage sur ses valeurs, en l’aidant à visualiser un idéal et enfin en l’aidant à redonner un sens à son existence.

Si vous votre vie personnelle ou professionnelle ne vous convient plus, n’hésitez plus franchissez le pas. Je peux vous accompagner et vous aider à trouver votre voie !

Le changement c'est possible

Enregistrer

Gérer son stress aux moments des examens

pas de fatalité devant le stress

LE STRESS DES EXAMENS

Constat

Combien de lycéens, d’étudiants ou même d’adultes ont perdu leurs moyens au moment fatidique (examens ou entretiens) : ce fameux stress qui fait perdre le peu de confiance en soi, qui efface tout ce qu’on a appris, qui nous fait bafouiller, qui nous fait sombrer dans un trou noir où plus rien ne sort, qui nous fait se sentir minable et qui accroit l’incapacité à trouver les ressources nécessaires.

Ce stress qui se transforme en peu de temps en panique.

Certains arrivent à le maîtriser et dans ce cas, le stress aide à mobiliser l’énergie nécessaire pour réussir.

Pourquoi cette différence ???

L’intensité du stress est propre à chaque individu en fonction de notre nature, de notre vécu et de nos expériences.

Pourtant le phénomène est identique pour tous : il intervient à partir du moment où il y a déséquilibre entre notre perception de nos capacités et notre perception de la tâche à accomplir.

Si le décalage entre les deux perceptions est trop important, il y a stress.

Par exemple :

Ce lycéen ou cet étudiant sait qu’il a bien révisé, il connait ses capacités. L’examen qu’il passe est réputé difficile mais il a confiance en ses capacités. Le jour de l’examen, il va vivre un  léger stress qui va l’aider à se mobiliser efficacement.

Un même lycéen ou étudiant, ayant les mêmes capacités, ayant tout autant révisé mais doutant de ses capacités a beaucoup plus de chances de se laisser envahir par un stress qui lui fera perdre tous ses moyens.

Idem pour les entretiens d’embauche : entre deux candidats de capacités équivalentes, c’est celui qui gèrera le mieux son stress qui aura le poste !

Doit-on se résigner à la fatalité ?

Première chose à intégrer : vous n’êtes pas condamner à vivre ce stress inhibant !

Deuxième chose à savoir : beaucoup étaient dans votre cas et ont réussi à évoluer soit par un travail personnel soit en se faisant aider.

En quoi consiste cette aide ?

En coaching, cela consiste à :

  • Repérer les éléments stresseurs et les contraintes de l’environnement
  • Explorer quelles sont les ressources pour y faire face
  • Distinguer ce qui est impact (qui dépend de moi) et ce qui est hors impact (qui ne dépend pas de moi)
  • Travailler sur les schémas de réussite

En quelques séances, je vous garantie une nette amélioration et vous mettrez toutes les chances de votre côté et vous pourrez aller à vos examens ou entretiens plus confiant !

Vous aurez les clés de votre succès !

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Le stress n’est pas une fatalité (4) : ses effets sur la santé

Le stress dépend de la philosophie qu'on se donne

Les effets du stress

Je termine par ce qui me semble être le plus important : connaître les effets du stress, qui sont loin d’être négligeables mais aussi savoir en détecter les symptômes.

Effets négatifs du stress

  • Pour la santé :

Bien sûr ce qui suit n’est pas systématique pour tous. Vous pouvez être touché par un ou deux effets qui dépendent aussi depuis combien de temps vous y êtes exposé :

Démotivation, fatigue, insomnie, irritabilité, accélération du vieillissement, aérophagie, spasmophilie, ulcères, troubles cardiaques et artériels, troubles gastro-intestinaux, troubles dermatologiques, problèmes gynécologiques, boulimie, anorexie, et j’en oublie certainement…
Toujours est-il que cette liste non exhaustive n’est pas là pour vous faire peur mais pour vous faire prendre conscience que le stress chronique a toujours des conséquences à plus ou moins long terme sur votre santé et c’est pour ça qu’il ne faut pas le négliger.

  • Au niveau professionnel :

Manque de productivité, perte de motivation, conflits, ambiance détériorée. Cela peut aboutir à un burn-out… Continuer la lecture de « Le stress n’est pas une fatalité (4) : ses effets sur la santé »

Le stress n’est pas une fatalité (3) : origines du stress

Sous un stress permanent la corde peut rompre à tout moment

Origines du stress

Maintenant que le stress est bien défini, attardons-nous un peu sur son origine.

D’où vient le stress ?

Comme je l’ai indiqué auparavant, ce qu’on appelle le stress est avant tout un phénomène qui a permis à l’homme de survivre en s’adaptant à son environnement (si votre conjoint vous stresse vous êtes dans une forme d’adaptation à votre environnement…).

C’est le stress qui va permettre de trouver les ressources physiques pour fuir devant tel ou tel danger. Par exemple, je m’aperçois après coup que je ne me serais jamais cru capable de courir si vite. C’est le même stress qui va permettre au comédien de donner le meilleur pour le spectacle ou l’étudiant d’aller puiser dans ses ressources pour réussir son examen. Continuer la lecture de « Le stress n’est pas une fatalité (3) : origines du stress »

Le stress n’est pas une fatalité (2) : définitions et paramètres

Le perfectionnisme mène au stress

Définition et paramètres du stress

Nous avons vu précédemment l’étymologie du mot stress, nous allons voir ici sa définition.

Qu’est-ce que le stress ?

Commençons par donner une définition du stress :

C’est un syndrome général d’adaptation. Plus précisément, c’est l’ensemble des modifications qui permettent à un organisme de supporter les conséquences physiques et psychologiques d’un traumatisme. Ce stress est lié à la capacité qu’a l’individu à interpréter la situation source de stress et à évaluer ses propres ressources pour y faire face.

De façon plus simple, il s’agit de la capacité que possède chaque individu à faire face à une situation qu’il juge :

  • Dangereuse pour lui (menace, risque d’accident…).
  • Très importante pour lui (examen, entretien…).
  • Lorsque son identité profonde est en jeu (prise de parole devant un groupe, devoir se mettre en avant…).

A ce stade, il est important de se rendre compte que plusieurs paramètres vont différer d’un individu à l’autre. Nous ne sommes pas égaux face au stress. Continuer la lecture de « Le stress n’est pas une fatalité (2) : définitions et paramètres »